Mein Warenkorb

Laboratoire

laboratorio_foto_portada

Nous allions les remèdes traditionnels aux découvertes de fine pointe en matière de vitamines, de nutraceutiques botaniques, d’extraits spéciaux, et d’isolats. Tout matériel brut qui fait son entrée dans notre établissement est analysé trois fois pour son identité, les contaminants comme les mycotoxines (aflatoxines), les BPC, plus de 80 pesticides différents, les métaux lourds, la microbiologie (bactéries), la moisissure, et les champignons. Chose plus importante, nous validons sa puissance. Toutes ces analyses sont effectuées dans notre laboratoire de pointe s’étendant sur 3400 pieds carrés (316 m²) par quinze scientifiques, dont six diplômés de l’Université McGill. Le laboratoire emploie trois diplômés au niveau doctoral, quatre au niveau de la maitrise, et huit au niveau du baccalauréat. Ces derniers dévouent plus de 600 heures à l’analyse et à la recherche par semaine.

Nos instruments de pointe technologique sont plus sensibles que des équipements scientifiques plus anciens. En utilisant ces instruments sophistiqués, nous pouvons effectuer des analyses des plus précises possibles.

Nos instruments sophistiqués et notre personnel de qualité nous permettent d’effectuer des analyses exhaustives de nos produits. Ces analyses assurent l’innocuité de nos produits et leur adhérence aux allégations étiquetées.

Plusieurs produits peuvent être analysés par l’utilisation d’instruments variés. Par simplicité, un instrument est souvent préféré à un autre.

Certains instruments sont plus aptes à identifier les composantes individuelles, tandis que d’autres sont spécialisés pour démontrer le profil ou « l’empreinte » d’un produit.

Certains instruments sont plus performants dans l’analyse des produits hydrosolubles comme la vitamine C, tandis que d’autres sont plus appropriés pour les produits liposolubles comme l’huile de poisson ou la vitamine D.

Cliquez here pour plus amples informations sur nos standards de QUALITÉ.

 

Nous présentons ci-dessous quelques-uns de nos principaux équipements :

Quatre CLHP

Chromatographe en phase liquide à haute performance


Le CLHP est le spécialiste principal dans la détermination de l’identité et de la quantité des éléments et des molécules, que ces derniers soient des éléments actifs d’une plante, le produit d’une réaction enzymatique, ou toute autre molécule qui absorbe la lumière ou qui peut devenir chromophore, c’est-à-dire qui peut absorber ou transmettre la lumière. Le CLHP est très spécifique dans sa capacité à déterminer avec certitude la nature d’une substance ainsi que sa quantité.

Le CLHP injecte de façon automatisée une petite quantité d’échantillon liquide dans une colonne remplie de particules dont l’épaisseur est de 1⁄20 d’une feuille de papier. L’échantillon liquide est acheminé à travers la colonne par des micropompes puissantes. Le détecteur envoie un signal numérique à l’ordinateur, où un logiciel spécialisé identifie et détermine la quantité des composants isolés.

Nous employons cet instrument de façon routinière pour analyser la composition des composés présents dans des mélanges complexes comme les vitamines hydrosolubles et liposolubles. Nous utilisons le CLHP également pour l’analyse d’un éventail de matériaux à base de plantes, comme par exemple l’astragale, le pissenlit, et le trèfle des prés.

 

CLUP/SM/SM (CL/SM — triple quadripôle)

Spectrométrie de masse par chromatographie liquide à ultra-haute performance — Détecteur double de spectrométrie de masse par chromatographie liquide à ultra-haute performance


Le CLHP est le maître spécialiste d’identification et de quantification, le CL-SM/SM est l’expert ultime. Ce dernier peut accomplir tout ce que le CLHP peut, et ce, mieux et plus précisément. L’instrument utilise une micropompe à très haute pression pour accomplir ses tâches, soit une micropompe de 15000 psi, en combinaison avec un détecteur double à matrice de photodiodes et un détecteur de spectrométrie de masse encore plus puissant. Il est utilisé lorsqu’une sensibilité extrême est demandée.

À ce jour, il s’agit de l’outil le plus avancé pour un usage analytique très vaste. Il permet les mesures des plus précises, en parties par billion (1012) plutôt que par milliard (109) ou par million (106). Le CLUP/SM/SM peut analyser efficacement les plantes et les composantes médicinales.

Le CLUP/SM/SM combine les capacités avancées de séparation d’un CLHP aux capacités analytiques puissantes d’un spectromètre de masse.

Un échantillon est injecté dans le système CLUP et séparé en composantes. Ces composantes sont acheminées au SM par une «interface par électropulvérisateur», dans laquelle une ionisation très rapide a lieu. C’est à ce moment que le spectre de masse de chaque composante peut être utilisé pour analyser précisément l’échantillon.

L’avantage principal de ce système est la rapidité, la précision extrême, et l’exactitude des mesures générées en créant une signature électronique d’un composé. Nous examinons plusieurs nutraceutiques avec cet instrument; par exemple, les glycosides de l’actée à grappes noires, la thujone dans l’absinthe, et des traces d’antibiotiques dans la gelée royale.

 

Deux CG-FID/SM

Chromatographe en phase gazeuse — détecteur à ionisation de flamme/spectromètre de masse


Le CG est employé dans l’analyse des molécules volatiles au point de fusion élevé, comme les acides gras de l’huile de poisson. De plus, les échantillons utilisés dans un CG n’ont point besoin de solvants ou d’une «phase mobile liquide»; les échantillons sont plutôt entrainés à travers le système par un gaz inerte. Il va de soi que lorsque nous examinons la présence des solvants, l’instrument de choix est le CG-FID/SM; aucune étape supplémentaire n’est nécessaire afin d’éliminer les solvants utilisés dans la préparation de l’échantillon.

Le CG-SM peut identifier et quantifier avec précision les molécules pertinentes, tandis que le CG-FID n’est utilisé que pour en déterminer la quantité. Tout comme le CLUP/SM/SM, le CG-SM est également capable de créer une signature électronique de la molécule. La complexité de l’analyse indique quel instrument utiliser.

Dans un système CG, l’échantillon vaporisé est acheminé dans une colonne capillaire à revêtement spécial par un gaz porteur. Cette colonne sépare les composantes avant leur entrée dans le détecteur. Dans notre cas, il s’agit soit du FID, soit du SM, selon l’application.

Nous utilisons également le système CG-FID afin de déterminer la quantité des acides gras communs ainsi que des huiles essentielles présentes dans les huiles comme l’huile de tamanu, l’huile d’argan, et l’huile de poisson.

Les BPC et les pesticides sont analysés dans le CG-SM. Lorsque les échantillons traversent la chambre d’ionisation, ils sont soumis à un bombardement électrique à haute tension, ce qui provoque une fragmentation complète; une séparation des composés individuels. Ces fragments sont reconstitués tout en se déplaçant dans un tube sous vide selon leur ratio masse/charge, et le signal émis est enregistré pour analyse par l’ordinateur.

Les composés sont comparés à ceux contenus dans le registre de la National Institute of Standards and Technology (NIST) ou dans une autre source de standards certifiée.

Les échantillons analysés pour leur contenu en solvants traversent le CG-FID avec headspace («espace de tête»). Le FID incinère l’échantillon, ce qui émet un signal électrique pour l’analyse. Nous employons cet instrument pour déterminer la présence des solvants comme le 1,2-dichloroéthane ainsi que le 1,1,1-trichloroéthane, tous deux des cancérigènes humains connus; ces contaminants peuvent se retrouver dans des extraits de plantes en faible qualité, et nous prônons une politique de tolérance zéro envers ces contaminants.

 

ICP-OES

Spectroscope d’émission optique à plasma à couplage inductif


L’ICP est spécialisé dans l’analyse des métaux et des minéraux. Avec cet instrument, nous pouvons déterminer de façon efficace et exacte l’identité et la quantité de tout métal présent dans un échantillon, qu’il s’agisse du fer, du magnésium, du plomb, du mercure, ou du bore. Le procédé d’analyse pour ces métaux est beaucoup plus simple qu’il ne le serait par le CLHP ou par le CLUP/SM/SM.

Dans le cas d’un ICP-OES, l’échantillon est véhiculé devant une torche à plasma, où il est incinéré en particules atomisées. Les électrons de l’échantillon atomisé traversent différents niveaux d’énergie et émettent de la lumière tout au long de leur trajectoire. Cette lumière est par la suite analysée pour des informations significatives.

Nous utilisons cet instrument afin de déceler la contamination par des traces de métaux à faibles concentrations incluant le mercure, l’arsenic, le plomb, et le cadmium. Ces contaminants sont présents dans la croute terrestre et peuvent se retrouver dans les aliments cultivés dans le sol ou toute substance en provenance de la terre.

En principe, les seuls restants de l’échantillon atomisé seront les traces de métaux qui seront devenues ainsi détectables. Les procédés développés pour analyser les métaux sont plus facilement implémentés sur l’ICP.

 

2 Spectrophotomètres


Le spectrophotomètre est un outil rentable pouvant être utilisé pour déterminer la quantité d’échantillons qui absorbent ou transmettent la lumière. On peut établir une corrélation entre l’absorption ou la transmission de la lumière et la quantité d’une substance. L’identité de l’échantillon sera déterminée par d’autres instruments.

Un spectrophotomètre est un instrument de mesure de l’intensité de la lumière. La NASA inclut généralement un spectrophotomètre sur ses robots interplanétaires comme Spirit et Opportunity. Un minuscule faisceau lumineux passe par l’échantillon : une partie de la lumière est absorbée, mai le reste de la lumière traverse l’échantillon, et cette lumière est détectée et mesurée par le spectrophotomètre. Nous pouvons utiliser cette information afin de déterminer la quantité d’une substance.

Notre spectrophotomètre est utilisé dans le but de déterminer quelques activités enzymatiques, comme celles de la papaïne et de la broméline, ou le contenu d’anthocyanidine dans la myrtille.

 

CCMHP

Chromatographe en couche mince à haute performance


Le chromatographe en couche mince à haute performance est un outil efficace pour la vérification de l’empreinte identitaire des matériaux à base de plantes en comparaison à une plaque de référence. Nous pouvons confirmer le profil d’une plante grâce à cet instrument. Nous pouvons également nous assurer que le bon matériel est utilisé.

Dans le cas d’un CCMHP, les composants individuels d’un mélange sont séparés sur une plaque de verre mince et revêtue, qui est ensuite insérée dans la chambre de développement. La plaque de CCM est placée sous une source de lumière ultraviolette, et les bandes de différents composants sont visualisés. Contrairement à un CCM standard, plusieurs tâches sont automatisées dans un CCMHP par la robotisation, ce qui élimine l’incertitude de l’étalage à la main des échantillons sur les plaques.

Nous utilisons le CCMHP pour déceler les contaminations par les mycotoxines, un type dangereux de toxines pouvant se développer sur la matière végétale dans des conditions humides.

 

SPIR

Spectromètre proche-infrarouge


Le SPIR peut être utilisée pour analyser une grande variété de substances dont les plantes et les isolats comme les acides aminés. Le SPIR peut en fait analyser presque tout, en autant que nous ayons un échantillon connu de la substance analysée. C’est avec cet instrument que nous garantissons la fraicheur des plantes utilisées dans nos produits.

Le SPIR fonctionne en comparant l’empreinte d’une substance avec la moyenne des empreintes d’échantillons reconnus comme la substance analysée. Ces empreintes forment un modèle de référence tridimensionnel qui indique les paramètres d’acceptabilité. Ceci est de toute importance, car même lorsque cultivées dans des circonstances identiques, les plantes ne pousseront pas de la même façon.

Le SPIR nous permet d’identifier la qualité totale d’un produit à base de plantes. Nous nous assurons que seuls les échantillons conformes à nos critères rigoureux de fraicheur et de qualité soient les seuls échantillons acceptables. Nous n’incluons que les matières végétales de la plus grande qualité comparativement aux modèles générés par le SPIR.

Le SPIR donne une analyse fiable d’un échantillon en comparant ses spectres à ceux d’un échantillon de caractéristiques connues. Elle analyse les propriétés transmissives des longueurs d’onde de la lumière de l’échantillon analysé.

 

Microscope

Le vénérable microscope demeure l’outil de base de tout laboratoire. Nous utilisons bien sûr un microscope optique moderne; ce type de microscope projette un faisceau concentré de lumière convergé par la lentille du condensateur sur un endroit spécifique de l’échantillon. Nous l’utilisons par exemple pour examiner l’état de cellules brisées dans un échantillon de chlorelle.

 

Notre laboratoire est équipé de quatre CLHP, de deux CG-FID, de deux CG/SM, d’un headspace, de deux spectrophotomètres, d’un ICP-OES, d’un UPLC-SM/SM, d’un CCMHP, d’un SPIR, et d’un microscope.

Nous comptons parmi nos employés de laboratoire trois détenteurs de doctorats, quatre diplômés en maitrise, et huit détenteurs de baccalauréat, qui œuvrent chacun pendant 40 heures par semaine pour un total de 600 heures d’analyses et de recherche sur une base hebdomadaire.

Design by Evoluzziona. © Nahani. All Rights Reserved.